FANDOM


Premier jour

Ne parler à personne.

N'écouter personne.

Ne pas se faire d'amis

Ne pas les laisser me briser.

Tout les matins, Tam s'était répété ces quelques phrases comme un mantra avant de se rendre à Exilium avec Linh. Il avait fait de ces règles sa ligne de conduite. Sa survie en dépendait.

Et cette fois encore, elles l'aideraient à s'en tirer. Avec un peu de chance, il apprendrait même quelques tours utile au passage. 

Sa chambre, petite et étouffante, était remplie d'oreillers brodés, de jarres de lune serties de pierres précieuses et agrémentée d'autres détails risibles. Comme si un plateau miroir suffirait à lui faire oublier qu'il était retenu prisonnier...

Etait-ce une statuette de chat qu'il voyait scintiller sur sa table de chevet ?

Exaspéré, il fut tenté d'amasser toutes ces babioles sous son lit pour faire comprendre à. ses geôliers le fond de sa pensée.

Il mourrait d'envie de déchirer les oreillers en lambeaux, jeter les jarres de lune contre les murs et briser cette stupide statuette en mille morceaux.

Mais il allait falloir jouer sur la longueur. Mieux valait commencer doucement et tâter le terrain.

-Bien dormi ? demanda Lady Gisela dan son dos.

Tam sursauta malgré lui. Il n'avait pas entendu la porte s'ouvrir.

-Super. Rien de tel qu'une petite commotion cérébrale pour faire de beaux rêves. Vous devriez essayer à l'occasion. Je serai ravi de vous assommer.

-Tu aura la vie bien plus facile si tu coopères, soupira-t-elle.

-Ce serait surtout plus simple pour vous, rétorqua t-il en lui faisant face.

Elle avait coiffé ses cheveux en un chignons si serré que, en plus de lui donner certainement la migraine, il tirait ses traits au point de rendre le moindre rictus douloureux.

Du moins, Tam l'espérait t-il.

-Je sais mater les garçons entêtés et insolents.

-Je vois ça. Merci pour la statuette.

Quand elle plissa les paupières, le jeune homme comprit qu'il ferait sans doute mieux de mettre la pédale douce. Il était là depuis moins de vingt-quatre heures. Il devait découvrir où se trouvaient les limites avant de les franchir à corp perdu.

-Je ne suis pas ton ennemie, Tam (cette déclaration lui donna envie de rire jusqu'à qu'elle ajoute:) Mais je peut l'être, si tu y tiens vraiment. Tu es là pour une raison bien précise, et je m'assurerai que tu remplisses ton rôle.

-Super. J'ai hâte de voir ça.

-Tu devrais. Viens, Gethen t'attend.

-Gethen ? dermanda-t-il avec une soudaine appréhension.

-Notre Télépathe, répondit-elle, avec un large sourire aux lèvres. Il est ravi de passer la journée avec toi.

-Je n'en doute pas, maugréa le Ténébreux en la suivant dans un couloir étroit et mal éclairé.

Il tenta de garder le dos droit et la tête haute.

Mais une journée entière auprès d'un Télépathe...

Il ne parviendrait pas à leur cacher grand-chose. Son statut de prisonnier au sein des Invisibles s'avérait soudain bien plus compliqué que prévu.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .